Suis-je coachable ?

  • Farah
  • juin 10, 2021
  • Pas de commentaire

Helloooo ! 

Bienvenue dans un nouvel article sur mon Podcast : Think With Farah ! 

Si tu te rends compte que tu as envie d’être coaché mais que tu n’es pas encore tout à fait coachable, no worries, il y a plein de choses à mettre en place afin d’atteindre tes objectifs ! 

Aujourd’hui je vais te parler coaching et je vais t’orienter dans une réflexion bien particulière : savoir si tu es coachable ou non. 

Alors, t’es ready pour en savoir plus ?

Pour commencer, il faut comprendre ce qu’est vraiment le Coaching. 

L’idée du coaching c’est que l’on fait le travail nous-même. Personne ne fait le travail pour nous, pas même notre coach. Il y a donc une vraie notion de responsabilité, on est responsable de nos résultats. 

Notre coach n’est ni un professeur, ni un consultant, ni un assistant. Quand on se fait coacher, il faut accepter qu’on a tout ce qu’il faut en nous mais qu’on a juste besoin d’une aide extérieure pour nous éclairer sur ce qu’il faut, au bon moment, en bonne quantité.

Un bon coach c’est quelqu’un qui va vous orienter dans la bonne direction et qui va vous permettre d’analyser les informations que vous avez et de prendre les bonnes décisions pour vous. 

Il y a des coaching business, de développement personnel, en alimentation et dans plein d’autres domaines de vie. 

Comment trouver le bon coach pour soi

Alors du coup, comment savoir si j’ai trouvé le bon coach pour moi ? 

Commençons par un exemple : Vous voyez une relation amicale ou une relation de couple ? Quand vous sentez que vous appréciez la manière de voir et faire les choses de cette personne, et que vous aimeriez être entraîné dans cette dynamique ? Et bien ça là, c’est exactement ça.

Le ou la bonne coach pour vous, c’est celle qui vous fait vous dire “ok, je suis prête à avancer, et je veux que cette personne m’aide à y parvenir, parce que je suis sensible à son approche, à sa manière de voir les choses, à sa manière de travailler”

Bref, comme tu peux le voir, ça part de TOI et ça partira toujours de toi.

"Vais-je forcément réussir en me faisant coacher ?"

Ça nous amène à notre troisième point : est-ce que je vais forcément réussir en me faisant accompagner ?

Et bien non ! Il y a des bons coachs et des mauvais coachs, mais il y a aussi des bons coachés et des mauvais coachés. Et même là, j’ai envie de dire que les mauvais coachs, il n’y en a pas tant que ça.

Il y a juste des coachs différents avec une intelligence émotionnelle variée, une approche diverse, une méthodologie différente. Chaque coaché peut trouver chaussure à son pied, même s’il faut parfois fouiller un peu avant de trouver la perle rare, un peu comme Cendrillon.

Qu’est-ce qui ferait que l’on puisse donc échouer en se faisant accompagner ? Ici, il y a une vraie question à se poser : Suis-je vraiment coachable ?

Se faire coacher, ça veut dire investir sur soi, et ce n’est pas rien, c’est même une grande et belle décision importante. Investir sur soi, c’est bien, c’est très bien même, mais investir sur soi sans checker si on est vraiiiiment coachable, attention alerte perte d’argent !

C’est comme acheter une formation sans se dire en avance qu’on va y dédier du temps et du travail. C’est de l’argent jeté par les fenêtres. Là, j’ai une nouvelle pour toi, si tu te fais coaché et que n’atteins pas tes objectifs, ça ne sera pas vraiment la faute de votre coach

Par ex: ton coach n’est pas là pour vous donner une motivation inexistante au départ ! 

Je répèèèèète : ton coach n’est pas là pour te donner une motivation inexistante au départ. 

Ton coach va pouvoir t’aider à maintenir ta motivation, à la transformer en détermination et en action, mais si elle n’est pas là au départ, on ne peut pas l’inventer. Votre coach n’est pas là non plus pour vous aider à déconstruire tout votre égo afin de réussir à être coachable (sauf si on est sur un coaching de développement personnel orienté sur l’égo, évidemment, hahaha)

Le rôle de l'ego dans la réussite d'un coaching

Sur le principe, ce qui fait que tu sois coachable ou non, c’est l’égo. Est-ce que tu es capable d’entendre des critiques qui parfois sont difficiles et te remettent en question profondément.

Car se faire coacher, c’est se mettre face à nous-même, à nos comportements, à nos réactions, à nos décisions, à nos réflexions, et bref, à tout notre être. Est-ce que tu es prêt ou prête à ça ? Est-ce que tu es prêt ou prête à émettre des stratégies, des idées et des plans en action et entendre que non, ce n’est pas du tout vers là que tu dois aller ? 

Voici le genre de questions à se poser avant de démarrer un programme de coaching. Est-ce que je suis prêt ou prête à entendre ce que je n’ai pas envie d’entendre ? 

C’est pour cela que bien choisir son coach est primordial car ton coach est la personne qui va te mettre face à toi-même et face à ce que tu n’as pas forcément envie de regarder. 

La sensibilité que tu as vis-à-vis de ton coach est très importante. Deux coachs différents vont être capable d’identifier la même chose et de te proposer une solution, tu vas être d’accord avec la première approche de l’un mais peut-être pas d’accord avec l’autre. 

Car les coachs ne sont pas des ordinateurs, ils restent des êtres humains et ils ont tous une manière de parler, de transmettre, de motiver et de donner envie qui est très différente. Et ta sensibilité est ici très importante pour choisir le coach qui te convient. 

Nous ne sommes pas capables d’entendre des critiques de la part de tout le monde, même lorsqu’on est bien déconstruit et parfaitement coachable. 

Attention cela dit, mettre son ego de côté pour être coachable ne veut pas dire supprimer son égo. L’ego, c’est aussi ce qui fait que tu es capable de prendre de bonnes décisions et de t’affirmer quand il le faut. 

Les coachs, comme je l’ai dit, sont des êtres humains et n’ont pas la science infuse. Si tu sens au fond de toi que tu tiens le bon bout, à toi de tenir position, d’expliquer et de justifier comment tu es arrivé à cette conclusion. Est-ce que c’est grâce à tes apprentissages ou est-ce ton ego qui est en mode « non je vais aller vers la facilité” ?  

On en revient à ce que je disais au départ : dans un programme de coaching, tu es la personne qui fait le boulot. Tu sais ce qui est bon pour toi et ton coach est la personne qui te permet de regarder dans la bonne direction. 

Si tu souhaites savoir si tu es prêt ou prête à être coaché, regarde les conversations que tu as avec tes amies. Quand tu leur demandes des conseils, est-ce que tu les écoutes et entends ? Les deux ne veulent pas dire que tu les appliques. À la fin il n’y a que toi qui sais ce qui est bon pour toi. 

Mais savoir ce qui est bon pour soi n’est parfois pas suffisant. C’est toujours bien d’avoir le plus d’informations possibles et en l’occurrence dans des discussions entre tes amies, tu auras plus d’avis et donc plus d’informations. Tu prendras donc des décisions en connaissance de cause. 

Prenons le monde du travail comme exemple. Comment tu le prends quand on te fait une remarque sur quelque chose que tu as mal fait ? Est-ce que tu te braques ou est-ce que tu vas chercher à comprendre le pourquoi du comment et faire mieux la prochaine fois ? 

Est-ce que ton premier réflexe est d’être piqué dans ton ego ou de te dire “ok ça fait partie du travail, ça ne change rien à ma valeur et je vais voir comment faire mieux la prochaine fois” ?

Je viens de te dire un verbe important: on est sur le faire. On n’est pas sur l’être. Aucun coach, ni client, ni supérieur, ni personne ne doit remettre en question ce “être” que vous êtes. C’est quelque chose d’important à garder en tête et un bon coaché, c’est quelqu’un qui est capable de changer le faire, de remettre en question son approche et qui comprend que la partie “être” n’est jamais en jeu ou du moins elle n’est en jeu que pour tirer vers le haut.  On est toujours dans une dynamique positive de faire mieux, de s’améliorer. See ? Encore le verbe faire. 

Car c’est de ça qu’il s’agit, et pour être capable de le faire correctement, lorsqu’on est bien entouré par un ou une bonne coach, il faut checker son ego et se dire : “ok, est-ce que je fais confiance à cette personne, est-ce que cette personne m’inspire de la bienveillance, de la confiance, est-ce que j’ai envie d’écouter ses conseils ?”.

Si la réponse est oui, et bien félicitations, tu es coachable !

Et voilà pour l’article de la semaine  !  J’espère que cette lecture t’a plu et n’hésite pas à venir me voir sur Instagram @thinkwithfarah si tu as la moindre question.

Je te dis à bientôt sur mon blog ou sur mon podcast pour d’autres conseils ! 

N’hésite pas à partager sur tes réseaux pour aider d’autres entrepreneurs ambitieux et ambitieux à atteindre leurs objectifs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *