Syndrome de l’entrepreneur : quels sont-ils et comment les dépasser ?

  • Farah
  • août 27, 2020
  • Pas de commentaire

Je vous ai parlé dans mon précédent article du syndrome de l’imposteur au travail. Syndrome de l’entrepreneur le plus connu, il n’est pourtant pas le seul à nous mettre des bâtons dans les roues. 

Je vous parle dans cet article des 4 syndromes de l’entrepreneur : le syndrome de l’imposteur, le syndrome de l’objet brillant, le syndrome de l’expert et le syndrome du sauveur.

« Naaaan c’est rien ! »

Mis en lumière par Pauline Rose Clance et Suzanne A. Imes en 1978, le syndrome de l’imposteur au travail touche pas loin de 65% de la population. 

Ce 1er syndrome de l’entrepreneur crée un complexe d’imposture. On parle aussi de syndrome de l’autodidacte ou syndrome de l’usurpateur.

Imposteur, usurpateur… Vous commencez à comprendre ? Bien vu ! 

Il s’agit d’un mécanisme qui pousse à se croire illégitime dans son travail, donnant l’impression d’être une arnaque et de ne pas mériter les retombées positives de notre travail.

syndrome de l'imposteur

Si ces phrases vous font écho, vous faites probablement partie des 65% :

  • Vous avez tendance à vous surcharger de travail. Et vous avez l’impression de ne pas être dans la réussite à moins d’être noyé sous la quantité de travail.
  • Vous avez tendance à accorder votre réussite au hasard, aux autres, aux rencontres, mais jamais à votre travail ou vos compétences.
  • Il est difficile pour vous de facturer votre juste valeur. Vous êtes plutôt du genre à chercher tous les prétextes pour facturer moins cher.
  • L’autosabotage est votre spécialité. Vous vous mettez délibérément dans des situations difficiles afin de justifier une pseudo-incompétence.

Tout ça vous paraît familier ? Je sais, ça pique. 

Mais si vous lisez ces mots maintenant, c’est que vous êtes prêts à changer maintenant. 

Vous avez de la valeur, vous avez du mérite, vous avez votre place. Donc il est grand temps que vous ouvriez les yeux. Et que vous laissiez votre véritable valeur sur le devant de la scène.

Le syndrome de l'objet brillant

“J’ai une idée !”

Génial, me direz-vous. Sauf que le problème, c’est que les entrepreneurs souffrants du syndrome de l’objet brillant ont un peu trop souvent de nouvelles idées. 

Et bien sûr, elles sont toutes plus géniales les unes que les autres.

Vous l’aurez compris, ce 2ème syndrome de l’entrepreneur, c’est le fait de courir constamment après de nouvelles idées, de nouveaux projets… Mais sans bien sûr rien finir de ce qu’on a commencé !

syndrome de l'objet brillant

Si ces phrases vous paraissent familières, il y a des chances que vous souffriez un peu (ou beaucoup) de ce syndrome : 

  • Vous avez plein d’idées de projets. Mais avez du mal à en choisir une pour commencer.
  • Vous avez des facilités à démarrer des projets. Mais des difficultés à les faire évoluer sur le long terme. 
  • Vous adorez les livres, chaînes youtube, séminaires et formations en tout genre pour apprendre. Mais vous n’appliquez jamais rien.
  • Vous avez l’impression d’avoir trouvé le Graal à chaque nouvelle découverte business. Mais vous aviez déjà pensé ça pour votre idée précédente. Et encore celle d’avant.

Vous voyez un peu le problème ? À force de courir après une nouvelle idée ou un nouveau projet, votre réussite ne restera que de l’ordre du fantasme… Et ne se concrétisera jamais.

Trouvez votre “pourquoi”. Pourquoi vous êtes-vous lancé dans l’aventure entrepreneuriale ? Qu’est-ce qui vous motive ?

Et je ne veux pas entendre “l’argent”. Je parle de quelque chose qui vous tient à coeur, qui vous fait vous lever le matin, et qui vous rend heureux et heureuse.

Si vous avez du mal à atteindre vos objectifs, j’ai écrit un article qui vous permettra de lutter contre ce syndrome et de réellement atteindre vos objectifs.

Le syndrome de l'entrepreneur expert

« Mais c’est évident ! »

Le syndrome de l’expert s’appelle aussi syndrome de l’aveuglement de l’expert.

Des neuroscientifiques se sont penchés sur la question, dont le Dr Carl Marci qui met en relation la différence de perception du monde lorsque l’on emmagasine de la connaissance.

Mais qu’est-ce que ça signifie ?

Et bien tout simplement que votre niveau de savoir et de compétences devient votre norme. Vous développez des « biais d’expertise ».

Le problème ? Cela devient VOTRE norme, pas celle des autres. 

Et par les autres, j’entends vos clients, votre audience, et tous vos partenaires d’affaires potentiels.

syndrome de l'entrepreneur expert

Si vous vous reconnaissez dans une phrase ci-dessous, le syndrome de l’expert a peut-être déjà eu des conséquences sur votre activité : 

  • Vous employez des termes techniques pour prouver votre position d’expert. 
  • Il ne vous est jamais venu à l’esprit de vulgariser votre travail. Vous seriez incapable de l’expliquer à un enfant de 5 ans.
  • Les questions “à qui je m’adresse vraiment ?” et “ma manière de communiquer est-elle adaptée ?” n’ont jamais traversé votre esprit.
  • Vous avez presque tendance à penser que les autres sont peut-être un peu bêtes s’ils ne comprennent pas ce que vous racontez.

Si vous travaillez en équipe, vous êtes moins sujets au syndrome de l’expert, car vous êtes régulièrement confrontés au besoin d’être compris pour la réalisation d’un projet.

Pour les autres (coucou consultants freelance !), entraînez-vous à communiquer avec des proches qui n’ont rien à voir avec votre secteur d’activité. Ainsi, vous vous confronterez à leurs réactions et à leurs incompréhensions.

Donc vous aurez une meilleure compréhension du monde qui vous entoure. Et vous saurez mieux communiquer auprès de vos clients et potentiels clients ! 🙂

Le syndrome de l'entrepreneur sauveur

« Tinquiètes je m’en occupe »

Disponible et dévoué, vous fournissez des efforts surhumains pour aider les autres. Mais vous vous délaissez complètement et ne pensez pas à vous.

Bref, vos besoins passent après les besoins des autres.

Donc à première vue, ce syndrome de l’entrepreneur n’a d’impact que sur la vie privée…

Et pourtant !

syndrome du sauveur

Les entrepreneurs souffrants du syndrome du sauveur en payent bien le prix dans leur activité. Ces phrases vous paraissent-elles familières ?

  • A force d’aider vos proches, vous n’avez plus d’énergie pour développer votre business. 
  • Vous offrez des prestations gratuitement, sans réfléchir à du gagnant-gagnant. Vous donnez, c’est tout.
  • Vous vous impliquez pour vos clients au-delà du cadre du contrat. Et évidemment, vous ne facturez pas cette partie.
  • Vous aimez voir l’émotion des gens quand vous leur avez rendu service.

Et bien, je suis désolée. Mais en réalité, vous avez besoin que les autres aient besoin de vous. 

Et tant que ce besoin n’est pas comblé, vous continuez à donner. Encore et encore.

Alors, comment se libérer du besoin maladif d’aider les autres ?

Commencez par vous aimer vous-même ! Sans avoir besoin du regard des autres.

La clé n’est en réalité que celle-là. 

Car une fois que vous vous aimez vraiment, il devient inconcevable de fournir des efforts pour les autres, au détriment de soi-même.

Comme pour chaque syndrome de l’entrepreneur, n’hésitez pas à chercher de l’aide auprès de professionnels.

Qu’il s’agisse d’une aide psychologique ou de coaching, j’ai pour ma part eu les deux. Et cela a été d’une grande aide, pour moi et pour mes clients !

Vous avez trouvé cet article utile ? Laissez-moi un petit commentaire et partagez l’article sur vos réseaux ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *